Rémunération des sportifs : Sarkozy met fin au match

Le dispositif du DIC, voté en 2004 et censé initialement durer jusqu’en 2012, permet aux clubs de sport professionnel d’économiser 30% des charges sur les salaires de leurs joueurs au titre de l’exploitation collective de leur image. Selon le député UMP Yves Bur, le manque à gagner annuel, jusqu’ici compensé par l’Etat, est de l’ordre de 30 millions d’euros.

Sur ce thème, l’opposition n’a pas davantage été à l’unisson que la majorité. Le porte-parole du PS Benoît Hamon avait dénoncé lundi «la docilité» de Xavier Bertrand devant «les oukases» de «quelques présidents de clubs professionnels». Mais Jean-Luc Benhamias (MoDem) n’a pas paru opposé mardi au maintien des avantages fiscaux pour certains sportifs, même si leur suppression «dans un contexte de crise n’est pas illogique». «Si un grand nombre de sportifs professionnels surfent sur des millions, une grande majorité d’entre eux, des kayakistes aux coureurs de biathlon, restent en marge du “star system”», a fait valoir dans un communiqué le député européen.

Lire article source >>

separ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *