Les futurs profs d’EPS auto-gèrent leur formation (Réunion)


À deux mois des oraux du très difficile Capeps (concours), ils ont négocié avec le rectorat et l’université des heures supplémentaires de formation. Le Snep-FSU a sollicité les bonnes volontés : une dizaine de professeurs aideront bénévolement les étudiants à se préparer aux épreuves.

C’est peut-être ça, le XXIe siècle. Les futurs professeurs d’EPS (éducation physique et sportive) se sentent tellement démunis dans la préparation des oraux du concours, en juin prochain à Vichy, qu’ils ont eux-mêmes cherché des formations supplémentaires ! Ce ne sont pourtant pas leurs performances qui sont en cause, puisqu’ils sont 21 admissibles au concours, sur une promotion de 35 étudiants sur le campus du Tampon. Un taux d’admissibilité parmi les meilleurs de France…

 

Lire la suite sur CLICANOO >>

 

Natation à l’école. Les enseignants de Cornouaille inquiets !

Louis Guirriec, professeur d’éducation physique au collège Laennec de Pont-l’Abbé, Gervais Frère, professeur à Max-Jacob (Quimper) et Jacques Robert du collège de Locquéran à Plouhinec ont voulu en cette fin d’année tirer la sonnette d’alarme.

Ils s’inquiètent du manque de moyens pour un apprentissage efficace de la natation.  La réglementation de l’Éducation nationale prévoit en effet un maître-nageur par bassin. Or, la piscine ne mettait à disposition qu’un maître-nageur. La formation spéciale des professeurs d’éducation physique pour la surveillance des bassins, n’était plus jugée suffisante.

Impossible donc d’utiliser deux bassins pour faire des groupes de niveau afin que chacun progresse selon ses besoins. «Pour parer à l’urgence et aux risques qu’encourent chaque année trop de jeunes, les professeurs ont logiquement accueilli les enfants encore en grande difficulté et laissé les autres sans éducation physique», souligne Jacques Robert. Le collège Max-Jacob n’est pas le seul confronté au problème. «Il manque, pour l’instant, 500heures de surveillance pour rétablir la situation pour l’ensemble des collèges quimpérois», ajoute le professeur.

Lire la suite de l’article  >>

Mobilisation des enseignants au collège Lucie-Aubrac

Les enseignants du collège Lucie-Aubrac se mobilisent pour dénoncer les problèmes qui vont découler de la réforme de la formation dite Mastérisation avec, notamment pour l’établissement, des répercussions à la prochaine rentrée scolaire. L’intersyndicale des enseignants (Snes, Snep, FSU, FO Sgen) et des non-syndiqués indique qu’en effet, « le poste d’un professeur d’EPS partant à la retraite est bloqué, 5 des classes sur un total de 16 au collège auront en EPS un stagiaire à temps complet, sans formation initiale, en lieu et place d’un enseignant titulaire ».

Les enseignants s’inquiètent de ce lâcher dans l’arène sans préparation. Comment, en effet, sans expérience, sans accompagnement pédagogique faire respecter l’ordre et se faire respecter des élèves se demandent-ils en substance ? S’élevant contre « le tutorat des stagiaires, l’ensemble des enseignants exige que le remplacement se fasse par le recrutement d’un enseignant titulaire afin de pérenniser le poste, faciliter les mutations, assurer la continuité, la stabilité de l’équipe pédagogique et de permettre aux élèves d’apprendre dans de bonnes conditions ».

Lire la suite de l’article  >>