SNEP-FSU : «Une opération de com»

Pour Alain Goudard, secrétaire général adjoint du SNEP-FSU et professeur de sport dans un collège gardois,   « on ne crée pas quelque chose de fondamentalement nouveau, dans la plupart des cas. Au lycée Mermoz ou au collège Pagnol de Montpellier par exemple, on avait déjà des classes sportives. On a donc recyclé un dispositif qui existait déjà, et contre lequel nous ne sommes pas opposés du reste », précise ce responsable du syndicat des profs d’Education Physique et Sportive (EPS). Au collège Victor-Hugo de Narbonne, en revanche, il n’existait pas de classes sportives :   « On a effectivement créé quelque chose de nouveau, en proposant aux élèves de SEGPA des offres d’activités physiques et sportives. Nous, profs d’EPS, sommes d’accord avec ces séances supplémentaires de pratique, qui apportent réellement aux mômes. Mais qu’on nous donne la possibilité de les faire ! ». Car c’est bien ce qui dérange le SNEP-FSU :   « On fait appel trop souvent à des intervenants extérieurs – éducateurs sportifs de club, d’association… – et ce sont les collectivités, par exemple le conseil général de l’Aude dans le cas de Narbonne, qui en supportent le coût. Et pendant ce temps, l’Etat se désengage…» (…)

Lire la suite sur l’Express.com >>

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *