Carcassonne : Syndicat de l’enseignement : “Ce qu’on craignait est arrivé”

Une semaine après celle des élèves, le Snes-FSU, premier syndicat national de l’enseignement,  (et le SNEP FSU… oubli des journalistes…) faisait sa rentrée dans l’Aude.

“On attendait quelques jours pour voir les premières répercussions des réformes mises en place par la précédente majorité”, précise Philippe Dechaud, secrétaire départemental. Et le constat est clair : “Ce qu’on craignait est arrivé.”

Premier point qui alerte le syndicat : un nombre important de classes reste sans enseignant. “Au niveau académique et dans le second degré, 160 à 170 postes ne sont pas pourvus par des personnels titulaires, précise Philippe Dechaud. À ce jour, on a des horaires qui ne sont tout simplement pas dispensés.”.

Dans le département de l’Aude, le chiffre atteindrait 384 heures, selon le Snes-FSU. Et l’augmentation du nombre de postes non pourvus par rapport à l’an dernier serait de l’ordre de 40 %.

“Le vivier s’appauvrit”

Dans la pratique, les effectifs présents souffrent aussi : “Quelques jours après la rentrée, les services sont déjà en difficulté.”

Pour Philippe Dechaud, la raison est simple : “D’un côté, on baisse le nombre de postes, et de l’autre on a du mal à recruter.” Car le professeur d’EPS se demande “s’il n’y a pas pénurie des contractuels”. En cause ? “Les étudiants ne se tournent plus vers la formation d’enseignant, et ça se retrouve sur le terrain : le vivier s’appauvrit.”

Second point noir de cette rentrée 2012 : le sureffectif. “La pression est plus forte que les autres années”, s’inquiète Philippe Dechaud.

Lire la suite sur le site de Midi Libre >>

Lunel : Les doléances du personnel de Feuillade

(…) Les enseignants “très déçus”

Premiers à intervenir, les enseignants de physique et le personnel de laboratoire ont été “très déçus de retrouver dans le bâtiment 3 des locaux dans le même état, si ce n’est plus sales qu’auparavant. Avec des prises électriques déficientes. Des vitres qui ne ferment pas”.

Les professeurs d’EPS, relayés par les élèves, se sont quant à eux interrogés sur la mise en place d’une entrée unique. “Alors que les installations sportives sont complètement à l’opposé. Les élèves vont devoir faire tout le tour. Et perdront énormément de temps, à l’aller comme au retour. D’autant que pour faire le tour, il n’y a pas de trottoir.”…

 

Lire l’article source >>

Natation à l’école. Les enseignants de Cornouaille inquiets !

Louis Guirriec, professeur d’éducation physique au collège Laennec de Pont-l’Abbé, Gervais Frère, professeur à Max-Jacob (Quimper) et Jacques Robert du collège de Locquéran à Plouhinec ont voulu en cette fin d’année tirer la sonnette d’alarme.

Ils s’inquiètent du manque de moyens pour un apprentissage efficace de la natation.  La réglementation de l’Éducation nationale prévoit en effet un maître-nageur par bassin. Or, la piscine ne mettait à disposition qu’un maître-nageur. La formation spéciale des professeurs d’éducation physique pour la surveillance des bassins, n’était plus jugée suffisante.

Impossible donc d’utiliser deux bassins pour faire des groupes de niveau afin que chacun progresse selon ses besoins. «Pour parer à l’urgence et aux risques qu’encourent chaque année trop de jeunes, les professeurs ont logiquement accueilli les enfants encore en grande difficulté et laissé les autres sans éducation physique», souligne Jacques Robert. Le collège Max-Jacob n’est pas le seul confronté au problème. «Il manque, pour l’instant, 500heures de surveillance pour rétablir la situation pour l’ensemble des collèges quimpérois», ajoute le professeur.

Lire la suite de l’article  >>