Former des enseignants : SNEP-FSU : Quatre leviers complémentaires pour en finir avec l’opposition entre le disciplinaire et le pédagogique

La concertation a repris, et l’atelier consacré à la formation des enseignants à tenté de s’attaquer aux nombreuses questions posées par la reconstruction de la formation des enseignants, initiale et continue. Claire Pontais, secrétaire nationale du syndicat des professeurs d’EPS (SNEP-FSU), précise comment son syndicat, qui dans le passé a largement contribué à nourrir l’organisation de la formation des professeurs d’EPS, se positionne sur les enjeux du débat.

Quels constats sur les réussites et les difficultés de la formation des enseignants ?

Si l’on met de côté la « mastérisation » qui n’a été qu’une attaque sauvage, violente et méprisante du métier, le bilan est complexe et contradictoire. Difficile aussi…

Lire la suite  >>>

700 manifestants contre les suppressions de postes

A la rentrée 2011, 138 postes d’enseignant devraient être supprimés dans le second degré et 71 dans les écoles dans les Hauts-de-Seine. « C’est une ampleur toute nouvelle, et c’est pour ça que nous sommes si nombreux. On justifie ces mesures par la baisse des effectifs, alors que le nombre d’élèves dans le département est, au contraire, en train de remonter », déplore Nadège, professeur d’histoire-géographie à Antony.

Parmi les suppressions de postes annoncées, une quarantaine concernent les enseignants spécialisés (Rased) qui prennent en charge ces élèves. Ainsi, selon le syndicat Snuipp 92, il resterait à Issy-les-Moulineaux seulement 5 professeurs spécialisés, soit 1 enseignant pour 1160 élèves. Autre conséquence : la restriction du choix des matières. « Dans certains établissements, les élèves n’ont pas le choix entre plusieurs langues étrangères. Ils n’en ont que deux, souvent l’anglais et l’espagnol, soit le minimum », explique Marie, maman d’élève. Ailleurs, c’est parfois une matière qui n’est plus enseignée.

« Au lycée professionnel Louis-Blériot, certaines classes n’ont pas de cours de sport depuis le mois de novembre, dénonce Guillaume Prioux, secrétaire départemental du Snep-FSU et professeur d’EPS à Asnières. Cela pose problème pour l’obtention de leur diplôme. »

Lire la suite de l’article  >>

__________________________________________

Education : la facture sera salée !

Après les annonces sur “cours le matin, sport l’après midi” de la semaine dernière, la “beautiful enterprise” de L.Chatel lance le « schéma d’emplois 2011-2013 » avec les «TREIZE LEVIERS » à activer pour améliorer le « rendement »à l’Education Nationale!!!

Suspens… mais qu’est-ce donc ????

Il est prévu dans cette sorte de mode d’emploi donné aux recteurs «l’ augmentation de la taille des classes », la « réduction du besoin de remplacement » ou la « baisse de la scolarisation à deux ans » : voici les leviers proposés par le ministère de l’Éducation nationale dans un diaporama adressé aux recteurs le 5 mai 2010 que vous pouvez trouver sur le site « Résistance pédagogique ».

Le but étant de « mobiliser les gisements d’efficience visant à respecter la contrainte du non remplacement d’un départ sur deux pour la période 2011-2013, sans dégrader les performances globales ». L.Chatel doit trouver des marges de manœuvre pour respecter les prévisions de 16 000 suppressions de postes à la rentrée 2011.

Et qui va payer l’addition? Les élèves? Les parents? Les profs? mais non va-t-on nous répondre, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Liens médias