Bilan “cours le matin, sport l’après midi”

Lors de la publi­ca­tion de sa propre enquête, fin sep­tembre, le Snep-FSU, prin­ci­pal syn­di­cat des pro­fes­seurs d’EPS, avait jugé que, du fait de cette sur­re­pré­sen­ta­tion d’établissements dis­po­sant déjà d’offres spor­tives, l’expérimentation béné­fi­ciait sur­tout à des élèves ayant déjà de “l’appétence” pour davan­tage de sport.

“Est-ce vrai­ment eux qui ont besoin de plus d’EPS pour la réus­site sco­laire?”, demandait-il.

Lire l’article  >>

Le SNEP-FSU enterre symboliquement l’IUFM

L’affaire de la Masterisation est loin d’être terminée et suscite des inquiétudes bien légitimes. Voici une action menée par nos collègues de la réunion:

Le SNEP-FSU (syndicat des enseignants d’éducation physique et sportive et des professeurs de sport) a enterré symboliquement l’IUFM (institut universitaire de formation des maîtres) hier mardi 1er juin 2010 devant le rectorat. Une dizaine de commissaires paritaires du SNEP se sont mobilisés pour dénoncer la réforme des IUFM (appelée mastérisation). « La suppression de la formation actuelle des enseignants va avoir de graves répercussions sur les 117 professeurs stagiaires concernés à la rentrée 2010 et sur leurs 8000 élèves » estime Philippe Manenc, secrétaire académique du SNEP-FSU et membre du bureau de la FSU.

Voir l’article complet  >>

Education : la facture sera salée !

Après les annonces sur “cours le matin, sport l’après midi” de la semaine dernière, la “beautiful enterprise” de L.Chatel lance le « schéma d’emplois 2011-2013 » avec les «TREIZE LEVIERS » à activer pour améliorer le « rendement »à l’Education Nationale!!!

Suspens… mais qu’est-ce donc ????

Il est prévu dans cette sorte de mode d’emploi donné aux recteurs «l’ augmentation de la taille des classes », la « réduction du besoin de remplacement » ou la « baisse de la scolarisation à deux ans » : voici les leviers proposés par le ministère de l’Éducation nationale dans un diaporama adressé aux recteurs le 5 mai 2010 que vous pouvez trouver sur le site « Résistance pédagogique ».

Le but étant de « mobiliser les gisements d’efficience visant à respecter la contrainte du non remplacement d’un départ sur deux pour la période 2011-2013, sans dégrader les performances globales ». L.Chatel doit trouver des marges de manœuvre pour respecter les prévisions de 16 000 suppressions de postes à la rentrée 2011.

Et qui va payer l’addition? Les élèves? Les parents? Les profs? mais non va-t-on nous répondre, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes…

Liens médias