700 manifestants contre les suppressions de postes

A la rentrée 2011, 138 postes d’enseignant devraient être supprimés dans le second degré et 71 dans les écoles dans les Hauts-de-Seine. « C’est une ampleur toute nouvelle, et c’est pour ça que nous sommes si nombreux. On justifie ces mesures par la baisse des effectifs, alors que le nombre d’élèves dans le département est, au contraire, en train de remonter », déplore Nadège, professeur d’histoire-géographie à Antony.

Parmi les suppressions de postes annoncées, une quarantaine concernent les enseignants spécialisés (Rased) qui prennent en charge ces élèves. Ainsi, selon le syndicat Snuipp 92, il resterait à Issy-les-Moulineaux seulement 5 professeurs spécialisés, soit 1 enseignant pour 1160 élèves. Autre conséquence : la restriction du choix des matières. « Dans certains établissements, les élèves n’ont pas le choix entre plusieurs langues étrangères. Ils n’en ont que deux, souvent l’anglais et l’espagnol, soit le minimum », explique Marie, maman d’élève. Ailleurs, c’est parfois une matière qui n’est plus enseignée.

« Au lycée professionnel Louis-Blériot, certaines classes n’ont pas de cours de sport depuis le mois de novembre, dénonce Guillaume Prioux, secrétaire départemental du Snep-FSU et professeur d’EPS à Asnières. Cela pose problème pour l’obtention de leur diplôme. »

Lire la suite de l’article  >>

__________________________________________

« Les pros ont un rôle d’exemplarité »

Après les incidents de PSG-OM, le sociologue Williams Nuytens prévient que la violence dans les stades de L1 pourrait se transporter vers les divisions inférieures. Spécialiste des supporters du Nord et du football amateur (1), le sociologue Williams Nuytens analyse les liens entre violence chez les pros et chez les amateurs.

Les comportements du foot professionnel influent-ils sur ceux des pratiquants? ?

Williams Nuytens. Ils influent à travers l’attitude des joueurs sur le terrain, parfois au travers d’agressions entre joueurs, de joueurs à arbitre. Après le Mondial 2006, par exemple, le coup de boule de Zidane a fait des émules chez les plus jeunes. Mais la majorité des incidents touche les moins de dix-huit ans et les seniors. Comme si, en grandissant, les footballeurs s’adonnaient plus facilement à la violence. Pourquoi? ? Les jeunes sont encadrés par des éducateurs. Les plus âgés par des entraîneurs. Et les enjeux augmentent avec l’âge.

Lire la suite de l’article  >>

Le SNEP-FSU lance une campagne pour promouvoir l’éducation physique à l’école

Le Syndicat National de l’Education Physique de l’Enseignement Public (SNEP-FSU) a lancé le 28 janvier 2010 à Paris une nouvelle campagne d’une durée d’un an en faveur du développement de l’éducation physique et sportive à l’école, déplorant que de nombreux écoliers en soient privés.

Le syndicat, qui manifeste le 30 janvier 2010 avec la FSU à Paris, organisera un forum, du 12 au 14 novembre 2010, Halle Carpentier, à Paris: quelque 2.000 jeunes, enseignants et sportifs s’y retrouveront pour débattre de la promotion de la culture sportive et de la démocratisation de l’accès au sport.

Lire la suite de l’article >>