Deux murs d’escalade installés pour les élèves au complexe sportif Juge

FOURMIES

Une nouvelle structure sportive a été édifiée dans une salle du complexe sportif Jean-Juge de Fourmies.

Deux murs d’escalade ont été installés et mis à la disposition de tous les élèves de la commune. « Nous avons répondu à une demande toujours plus pressante des enseignants de collèges et lycées, a souligné le maire, Alain Berteaux, lors de l’inauguration. Cette discipline est maintenant une option sportive au baccalauréat. Les professeurs d’éducation physique et sportive ont reçu une formation pour encadrer les jeunes. » Il ne manquait plus que le mur propice et celui-ci a rapidement été investi par les grimpeurs en herbe.

« Ce matériel est composé de plaques de bois poudré recouvertes d’une matière minérale, a confié Michel Tinot, responsable du service des sports. Il y a un mur de 7 mètres de hauteur qui comporte quatre voies de difficultés différentes comme les pistes de ski : verte, rose, bleu et rouge ».

Et d’ajouter : « L’autre est tout en longueur sur une hauteur de 2,80 m et permet d’effectuer des déplacements latéraux. Il est dédié aux plus jeunes car il ne nécessite pas de corde ni de casque de sécurité. Les tapis de sol les reçoivent en cas de chute. » Cette installation représente un coût total de 25 000 E. Pour l’aider au financement de cet équipement, la municipalité a reçu une subvention de 9 000 E de la part du conseil général du Nord.

 

Lire l’article source (la voix du Nord) >>

L’épreuve de natation se fera sur gazon

Faute de piscine disponible, les élèves du collège de Castillon-la-Bataille nageront dans l’herbe d’un parc le 30 juin prochain.

La nage sur gazon. Faute d’accès à la piscine municipale à cause d’un problème d’emploi du temps, des collégiens de Castillon-la-Bataille (Gironde) passeront leur épreuve de “savoir-nager” dans un parc, rapporte Sud-Ouest…

Lire l’article source >>

«Maths, anglais, cantine, sport, pause goûter et re-sport»

«C’est de la lutte», précise utilement le prof d’EPS qui encadre la vingtaine de petits sixièmes tout à leurs contorsions sur les tapis du gymnase. Cours en apparence lambda, à cette différence que les jeunes lutteurs ne sont pas dans la même classe. Ce qui les rassemble en ce début d’après-midi, c’est l’expérimentation sur le renforcement du sport à l’école, qui chamboule les emplois du temps.

Lilia, 10 ans, n’a pas trop de ses dix doigts pour détailler son programme du jour: «maths, SVT, anglais, histoire-géo, cantine, sport», pause goûter à la maison et re-sport, en l’occurrence volley, à 17 heures. Basile, futur «paysagiste et chercheur en animaux», sera en week-end avant elle: pour lui le supplément sport c’est badminton le lundi à 17 heures. La semaine prochaine, il commence aussi la chorale, comme son partenaire de lutte Sabri «s’il est pris». (…)

Lire la suite de l’article (source : liberation.fr) >>